Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Les soucis du petit poney
#30
Reprise du message précédent:
Undecided Bon, à éclaircir effectivement le système d'allumage de ton poney !

>> Soit il a un rotor , et donc un allumage à l'ancienne dont la calage est essentiellement mécanique .

Notes que l'on a pu te parler de rotor et d'aimants à propos non pas de l'allumage (tête de delco ) lui même mais à propos de l'alternateur qui lui fournit le courant.
Et souvent , le détecteur de PMH qui indique le bon moment pour l'étincelle se trouve à l'intérieur du rotor d'alternateur, d'où confusion possible.


A lire ce petit explicatif pour la vérification et le calage d'un allumage classique, tiens : http://www.freebiker.net/FichesPratiques...lumage.htm




A lire aussi : Dans l'allumage classique, un rupteur (vis platinées) s'ouvre et se ferme en fonction de la position angulaire du moteur, envoyant un courant électrique à une bobine, qui transforme le 12 V de la batterie d'accumulateur embarquée en une impulsion de très haute tension, permettant la formation d'une étincelle au niveau des électrodes de la bougie.

L'allumage classique comporte plusieurs inconvénients :

Usure et déréglage du rupteur, provoquant une perte de performance et nécessitant des interventions régulières.
Qualité de l'impulsion électrique moyenne.

-------------------------------------------------------------

Lorsque le rupteur (vis platinées) se ferme, le courant croît paraboliquement dans la bobine, de zéro vers un maximum déterminé par la résistance de la bobine, jusqu'à ce que le rupteur s'ouvre. L'énergie emmagasinée par la bobine est W = 1/2 L x I² t (où L est la self-inductance en henry (H), I le courant en (A) et t le temps de passage du courant pendant la fermeture du rupteur). On voit ainsi que l'énergie va diminuer avec le régime moteur. Comme le courant circulant dans la bobine continue à circuler (c'est une inductance), il charge la capacité parasite de l'inductance ainsi que le condensateur additionnel et la tension monte. - 'Le condensateur monté en parallèle avec le rupteur sert uniquement a absorber l'étincelle de disrupture qui apparaît à l'ouverture du rupteur.'Elle peut atteindre 300 V au primaire de la bobine, ce qui correspond à 10 000 V au secondaire. Cette montée est extrêmement rapide, de l'ordre de 10 µs. On a atteint alors la tension de claquage de 10 kV aux bornes des électrodes de la bougie et une étincelle s'y produit. Cette étincelle est un arc électrique qui crée un plasma, lequel est un bon conducteur de l'électricité. La tension tombe donc très bas, quelques volts, tant au primaire qu'au secondaire. Lorsque le courant ne parvient plus à maintenir l'arc, le courant cesse dans la bougie et la tension devient une oscillation amortie. Cette dernière phase est totalement inopérante.

Le condensateur que l'on met en parallèle sur le rupteur a pour but d'éviter la production d'étincelles entre ses contacts. En effet, la tension de claquage est proportionnelle à la distance entre les contacts. En l'absence de condensateur, la tension croît trop vite et il se produit des oscillations de relaxation produites par une suite de claquages entre ces contacts.

Une erreur fréquente est de tester un allumage avec des bougies à l'air libre et d'en tirer une conclusion. En effet, la tension de claquage est proportionnelle à la pression. Ainsi, la tension de claquage d'une bougie peut varier d'à peine 1000 V à l'air libre à 10 kV dans un moteur ayant un taux de compression de 10.




>> Soit il est entièrement électronique, donc c'est un CDI qui contrôle tout ça avec la précieuse aide de divers capteurs. Auquel cas sans matos pro ( en particulier une lampe stroboscopique) il te sera difficile de savoir si ton allumage est correct .
Répondre
#31
Bon voici ce que j'ai trouvé sur la RMT de la GPZ, sachant que le petit poney date de 1997

Citation :Allumage électronique transistorisé du type batterie bobine sous 12 V constitué de deux capteurs de déclenchement au niveau du rotor d'alternateur en bout gauche du vilebrequin, d'un boitier d'allumage TCI et de deux bobines d'allumage.
Avance automatique de l'allumage déterminé par le boitier TCI en fonction du régime moteur.
.....
Depuis 1994 les GPZ disposent d'un nouveau type d'allumage TCI dit digital, ne nécessitant l'emploi que d'un seul capteur d'allumage.
[Image: Signature.jpg]
Répondre
#32
Ok, on est donc avec certitude sur un allumage moderne type CDI . Lequel peut difficilement être fonctionnel sur un cylindre et en défaut sur l'autre .

Gasp, voilà à la fois une bonne nouvelle, et une piste qui s'évanouit dans la recherche de panne .
Inutile de se poser plus avant la question coté allumage (à part une très hypothétique bougie déconnante, mais il suffit d'intervertir les deux bougies pour lever le doute ) .

Bon! Et pour l'arrivée d'air, tu as vérifié ?
Vas Vite ou Flânes. Mais Roule !
Répondre
#33
ok.
Merci Chel

Non pas vérifié l'arrivée d'air
[Image: Signature.jpg]
Répondre
#34
Allez, étapes suivantes ;

> Intervertir les bougies pour s'assurer qu'aucune ne déconne. En profiter pour regarder, bougie démontée mais en contact sur métal dans son antiparasite qu'elle fait une belle étincelle et pas un truc anémique (cf le lien d'hier )

> Vérifier la liberté du conduit d'air en amont du cylindre paresseux, entre filtre à air/boite à air et carburateur.

> Puis s'assurer que malgré les apparences positives ledit cylindre est effectivement alimenté en essence comme dit plus haut : on sait jamais, même avec une cuve pleine, une membrane souple, un papillon de gaz pas grippé, etc .... un gicleur bouché est l'un des trucs les plus vicieux que Murphy ait jamais mis au point pour emmerder le motard lambda ! (y'a du vécu derrière, crois moi Wink )

Et si tout ça est négatif, tu t'assieds sur le trottoir et tu peux commencer à pleurer ou à prier selon tes goûts on envisage d'aller vers un pro ou tu démontes tout le haut moteur pour vérifier la segmentation ?




Tiens, ça tombe bien, j'ai en ce moment sous la main à l'hosto un presque vieux motard de 60 piges, petit mécano indépendant à Antibes de son état .

Très très sympa le gars, juste momentanément un peu cabossé par les 425 kgs d'une grosse Harley qui lui a chiffonné un tibia en se posant dessus ( rodage de pneus en bois sur sol mouillé ! :p Comme quoi 45 ans de bécane quotidienne ne vaccinent pas contre les trucs à la con .... )

Et après 40 ans de mécanique moto la plupart à exercer sur des vieilles bouses caractérielles de sympathiques anciennes, il connait sûrement mieux les meules des années 80'/90' que les jeunots des concessions alentour .
Au besoin, tiens moi au jus .
Vas Vite ou Flânes. Mais Roule !
Répondre
#35
Présence d'essence dans le cylindre: OK
Essai avec une autre bougie: Done
Présence d'obstacles à l'air: None

Par contre dans la chambre de combustion, il y a un éclat
[Image: f845f329eded54ec22c5438ff503dcb0.jpg]

[Image: 0e892280899c6dce7f12bb7fccc4bdc4.jpg]


Bon, là on va serieusement se poser la question de ce qu'on fait: case garagiste avec les frais qui vont autour, ou vente en pièces détachées.
[Image: Signature-2.jpg]
Répondre
#36
L'image me laisse une incertitude : tu es en vue par le haut d'une culasse, tu vises par le trou de la bougie démontée et tu nous montres un truc dans la chambre qui n'est pas censé y être, c'est ça ?

Si c'est le cas, trois étapes ;
> des fois que le truc soit métallique, je commencerais par introduire un tournevis aimanté jusqu'à contacter le truc , si je le ramène je suis content .

> si ça le fait pas, j'ai comme première éventualité de démonter le haut moteur . Pas trop cool, mais faisable . En n'oubliant pas qu'à ce stade il faudra que je re-règle tout le moteur au remontage ( distribution ! )

> et sinon, un garagiste est forcément mon ami.
Vas Vite ou Flânes. Mais Roule !
Répondre
#37
Ps, si l'image est prise comme dit plus haut, on voit donc le sommet de ton piston.

J'espère que l'on ne voit pas un point chaud sur sa tête , genre un coup de flamme d'une bougie trop chaude /ou un mélange trop pauvre qui aurait un peu fondu tout ça ?

Là, je suis confus, je connais bien ce phénomène sur les deux temps, mais sur un 4 temps pas si vieux je ne sais vraiment pas si c'est toujours possible ... Blush
Vas Vite ou Flânes. Mais Roule !
Répondre
#38
Bon, Chel a vendu une partie de la mèche. Donc ouais, le haut moteur est HS sur le petit poney. Queues de culasses tordues, haut de chambre de combustion plein de métal fondu. Idem pour le piston qui a morflé. Pour les segments, on ne sait pas trop. Il y a une marque mais ce n'est pas sur que ça soit un soucis

Faudrait changer le haut moteur mais aussi le piston pour être sur que tout va bien, voir la chemise.
[Image: Signature-2.jpg]
Répondre
#39
et j'ai oublié: un grand merci aux mécanos du jours et à l'encyclopédie vivante du forum. C'est agréable de découvrir un haut moteur avec quelqu'un qui sait ce que c'est
[Image: Signature-2.jpg]
Répondre
#40
Euh, Knacki, merci pour les féloches, mais il semblerait que tu n'as pas retenu 100% des enseignements du jour ....

Ce sont bien entendu, et nos amis lecteurs auront rectifié, les queues de SOUPAPES ( d"échappement en l’occurrence ) qui sont tordues, et pas les "queues de culasse" qui elles restent à inventer . lol
Vas Vite ou Flânes. Mais Roule !
Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)